Non à la répression syndicale à la SNCF !

La direction de la SNCF, revancharde, cherche à faire taire les travailleurs du rail dans toute la France.

En Isère elle s’en prend à 6 syndicalistes de Sud Rail. Alain, cheminot depuis 36 ans, est à 1 an de la retraite. Il a occupé plusieurs mandats de Représentant du
Personnel et a mené – en tant que syndicaliste– de nombreux combats. La direction SNCF veut lui faire payer son engagement et envisage de le licencier.

Sébastien, Pascal, Jérémie, Pierre-Yves et Bastoun sont contrôleur, aiguilleur et agent d’escale sur le
département de l’Isère et ont des responsabilités syndicales locales, régionales et nationales. La direction SNCF veut leur faire payer – comme pour Alain – le rassemblement syndical en gare de Grenoble du 18 juin réunissant une centaine de personnes dans le cadre de la lutte contre le pacte ferroviaire. Elle les charge avec des faits faux et/ou disproportionnés : utilisation d’un mégaphone, traversées des
voies sans le gilet orange, volonté de prendre une photo avec les cadres qui les surveillaient, etc …Les quelques échanges entrepris avec les différents établissements confirment que la direction SNCF rêve de les sanctionner très fort et de briser leur carrière.

L’objectif des patrons est très clair : ils ont décidé de s’attaquer au syndicalisme. Ils veulent essayer de nous faire peur pour ne plus résister face à leurs restructurations, aux attaques du gouvernement. Ils rêvent de n’avoir plus aucune opposition pour mettre encore plus de pression sur les cheminot-es et accélérer les
privatisations.

Dans les grèves, les manifestations, l’État et le patronat veulent criminaliser les acteurs des mouvements sociaux, nous ne les laisserons pas faire !!!

Le 14 septembre 2018 à partir de 11H00 un rassemblement est organisé en
solidarité avec nos camarades en gare de Grenoble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *